La Bocalerie -Que se cache t-il derrière la croissance des drives zéro déchet ?

513 kilos, c’est la quantité de déchets produite chaque année par français. Les drives zéro déchets peuvent-ils y apporter une solution en permettant de faire ses courses facilement, sans emballages plastiques et sans renier sur son pouvoir d’achat ? Réponses avec l’interview de Mathieu, fondateur de La Bocalerie, le nouveau drive Zéro Déchet situé à proximité de Valence.

La Bocalerie
Les fondateurs de La Bocalerie, sur le stand de l'évènement Up'percut à Valence

Article proposé par Valentin Worms

Publié le 7 octobre 2020

 513 kilos, c’est la quantité de déchets qu’un français produit en moyenne chaque année selon l’Agence de la transition écologique (ADEME). Cela correspond approximativement au poids de huit de vos compatriotes, tout de même.

Les emballages alimentaires représentent 30 % de cette quantité. Selon le centre national d’information indépendante sur les déchets, le taux de recyclage varie fortement selon les matériaux, de 80 % pour le verre à 22 % seulement pour le plastique. La loi votée début 2020 sur la fin du gaspillage alimentaire devrait d’ailleurs commencer à signer la fin de la récré pour les emballages plastiques. Un décret devrait être promulgué pour interdire l’emballage plastique des fruits et des légumes qui ne se détériorent pas en vrac (voir avis du Conseil National de l’Alimentation).

Image for post

C’est à partir de ces données, et de façon plus pragmatique de la volonté croissante des consommateurs d’une alternative sans emballage que Mathieu Audoux et son associé Loïc Lextrait se sont lancés dans la mise en place d’un Drive Zéro Déchets.

Ce n’est pas le premier drive sans déchet, le Drive Tout Nu à Toulouse avait déjà fait grand bruit et nous nous en sommes donc légèrement inspirés, frustrés de ne pas trouver ce type de service dans notre région, avec la volonté d’offrir une alternative à la grande distribution.”

 

Il faut dire que le vent tourne, le site Mr Mondialisation déclare ainsi recevoir chaque jour des centaines de messages d’habitants pour dénoncer le suremballage dans les supermarchés. Des attaques répétées sur le modèle du “Name and Shame” américain qui portent leurs fruits au vu du nombre de magasins qui se sont engagé à diminuer le suremballage de leurs fruits et légumes, souvent aberrants. Le résultat est là, selon le cabinet Nielsen, les achats en vrac ont connu une croissance de 41% entre 2018 et 2019.

Mais de quoi parle t-on vraiment ?

 

D’un drive, finalement comme on peut en trouver dans la grande distribution quand vous passez récupérer vos courses, vite fait, bien fait sur le parking de votre enseigne préférée. Sauf qu’ici, aucun déchet.

 

 

 

Nous avons développé un approvisionnement exclusivement zéro déchets avec des fournisseurs capables de nous livrer en vrac avec au moins 60% de produits locaux. Nous vous préparons vos produits dans des bocaux en verre consignés, et, si vous les ramenez, nous vous rendons 50 centimes par contenant puis les nettoyons ensuite grâce à un partenaire local.

Quels produits ?

 

Les produits référencés sont choisis un par un et Mathieu est partisan de compromis entre choix des clients et distance d’approvisionnement. “Je ne suis pas un Ayatollah” me confiera-t-il, probablement pas de pastèques donc mais certainement des mangues car il existe des filières durables, exploitées de façon responsable. Idem pour le café, “les grains de café ne poussent pas à Valence mais il est torréfié ici”. Seul choix difficile à faire, vous ne trouverez ni viande, ni poisson à la Bocalerie car impossible à faire en zéro déchets. Il vous faudra donc, si carnacier ou amateur de poissons vous êtes, un complément occasionnel chez votre commerçant de proximité ou, dans un supermarché plus traditionnel.

 

Anciens de la grande distribution et de l’agroalimentaire (responsables de secteurs chez Lactalis puis chez Lesieur pour l’un, chez Bonduelle pour l’autre), les compères connaissent bien les producteurs de leur région et se positionnent sans ambiguïté comme un acteur local :

 

Je ne crois pas à la capacité d’un drive zéro déchet qui devienne national, d’autres acteurs émergents ont levé des fonds pour se développer rapidement mais c’est difficile de maintenir nos valeurs à très grande échelle. Peut-être que nous arriverons à avoir une dizaine ou une quinzaine de drive dans les 10 ans à venir mais je souhaite d’abord me concentrer sur le développement de la Bocalerie à Bourg-lès-Valence et de ses différents points de retrait, un par lieu, chaque jour de la semaine, notamment à Chabeuil et Guilherand-Granges pour étendre la disponibilité du service aux autres communes du secteur.

A quel prix ? Trop cher le zéro déchet ?

 

Image for post

Faut-il choisir entre fin du mois et consommation responsable ?

Au sujet du prix, Mathieu me l’affirme sans détour, “impossible de s’aligner sur les prix pratiqués par la grande distribution qui négocient des prix étouffants et inacceptables pour les producteurs”. Quand on achète des pâtes produites localement à proximité de Valence, on ne peut évidemment pas espérer avoir un prix aligné sur le paquet le moins cher d’un hypermarché Leclerc. Simple, Basique, comme dirait Orelsan.

 

En revanche, pour lui, ancien consommateur plus traditionnel (sous-entendu, qui achète des plats préparés en grande distribution sans se poser trop de questions), il est tout à fait possible de maintenir voir de réduire son budget alimentation en consommant zéro déchet.

 

j’ai changé ma façon de consommer et bien que j’ai maintenant un enfant, que j’achète local et en vrac, ça me coûte pas plus cher, mais je dépense même moins qu’avant. Bien sûr, je cuisine davantage produits bruts, forcément,le tout préparé de qualité, ça coûte plus cher.

 

Bien que les prix de vente soient évidemment plus elevés que les produits d’entrée de gamme de la grande distribution, l’objectif est de rester moins cher ou au même prix que les principaux acteurs de la distribution bio, Biocoop, La Vie Claire, entre autres.

 

A ma question de savoir comment rendre cela plus accessible, notamment pour combiner consommation écologique et budget de fin du mois avec un salaire normal, il évoque le nécessaire passage à l’échelle des drives zéro dechet mais surtout sa vision de la consommation : “moins mais mieux” et “cuisiner davantage”. Ce qui permet finalement de maintenir le budget alimentation à niveau égal, voire de le réduire. Pour l’instant, la cible sera plutôt des personnes qui aiment les bons produits, locaux et qui s’intéressent à l’environnement.

 

Image for post

 

Moins d’un an après avoir lancé leur projet, les deux associés s’apprêtent à ouvrir leur drive avec un objectif d’embaucher 3 employés afin de préparer les commandes et d’assurer la gestion des points de retrait avec un seuil de rentabilité estimé à environ 500 clients par mois. Comme souvent dans l’entrepreneuriat cependant, ils me confient ne pas pouvoir se payer tout de suite.

 

“Question financement, ça a roulé !”

 

Un rendez-vous de 2 heures chez le banquier, certes décrit comme “un alien dans le secteur de la banque” aura permis à l’entreprise de se financer par un prêt classique. Un bon signe pour ceux qui souhaiteraient se lancer dans l’aventure, avec un appétit croissant des consommateurs, on a bon espoir de voir les drives sans déchets se développer rapidement.

 

Niveau accompagnement, le projet a été soutenu par Initiactive 2607. L’association qui accompagne et finance les entreprises créatrices d’emplois en lien avec l’économie de proximité en Drôme a notamment permis de financer une partie de leur prêt à taux zéro et d’apporter une caution à la banque. Mathieu et Loïc ont aussi recours au soutien d’une agence de communication locale, Starteo, pour les questions de communication et d’identité visuelle.

 

Un retour des drives zéro déchet avec au coeur les meilleures pratiques du numérique et de l’expérience utilisateur :

 

Remis au goût du jour après des tentatives peu couronnées de succès il y a quelques années, les drives zéro déchets semblent avoir le vent en poupe et Mathieu souhaite que la Bocalerie propose la meilleure expérience utilisateur possible. Pratique pour commander grâce à un site sur Prestashop et des bons partenaires qui nous ont aidés sur la communication et la création de l’entité. Finalement, combiner l’efficacité et la simplicité des drive classique grâce au numérique et à une logistique bien rodée, avec le concept du zéro déchets et de bons produits locaux. Pas opposé à l’ouverture de magasin dans le futur, il reconnaît que les coûts augmentent rapidement s’il faut disposer d’une surface de vente.

 

Rencontrés lors de l’évènement Up-Percut organisé par la Dynamique Startup de Territoire, les visiteurs n’ont cessé d’affluer sur leur stand tout au long de l’après-midi, un signe d’une accélération de la prise de conscience ? On leur souhaite un départ sur les chapeaux de roue! Si vous n’habitez pas dans les environs de Valence, n’hésitez pas à jeter un œil à la liste des drives Zéro Déchets en France

 

En savoir plus sur La Bocalerie : www.labocalerie.fr

Proposé par Valentin Worms

Share via
Copy link
Powered by Social Snap