L’éco-conception web, l’autre visage du numérique avec Hashbang

Avec la situation sanitaire actuelle, le numérique a pris une place quasi centrale dans nos vies. Et cela n’est pas prêt de changer. Chez Impact 13, nous souhaitons mieux comprendre ce qui se cache derrière ce terme de numérique et les conséquences de cet essor. C’est pourquoi nous avons rencontré sur Lyon Hashbang, une coopérative qui développe des solutions web éco-conçues. Une approche qui combine innovations technologiques et considérations environnementales. Cerise sur l’écran, la gouvernance est collective et participative.

De gauche à droite - Arthur VUILLARD, co-dirigeant, et Pauline SCHMITT nouvelle arrivante chez Hashbang

Interview et article réalisés par Thomas CHAMBON

Publication le 20 avril 2021

Cet article est proposé en partenariat avec la Chambre Régionale de l’Économie Sociale et Solidaire de la région Auvergne Rhône-Alpes

Le numérique mondial consomme l'équivalent d'un continent gros comme 3 fois la France

Le numérique mondial regroupe l’ensemble des appareils de transmission et de réception qui utilisent des données en binaire (les fameux 0 et 1). On y retrouve nos téléphones, ordinateurs, imprimantes, box TV mais aussi l’ensemble des câbles et structures (data center) nécessaires pour faire transiter les informations (musiques, vidéos, appels…).

L’étude Empreinte environnementale du numérique mondial conduite par GreenIT.fr en Septembre 2019 présente des chiffres impressionnants. Le numérique mondial contribue à hauteur de 4.2% des consommations d’énergie primaire et 3.8% des émissions de gaz à effet de serre. Soit un 7ème continent dont l’empreinte serait de 2 à 3 fois celle de la France.

Son impact environnemental va continuer de croître

« Entre 2010 et 2025, le numérique passe ainsi de l’ordre de 2,5 % de l’empreinte de l’humanité à un peu moins de 6 %. La plus forte progression est celle des émissions de gaz à effet de serre qui vont passer de 2,2 % en 2010 à 5,5 % en 2025. »

Etude Empreinte environnemental du numérique mondial réalisée par GreenIT en 2019

L’impact environnemental du numérique mondial – englobant sa consommation en énergie primaire, en eau et en électricité, ainsi que ses émissions de gaz à effets de serre –  impressionne aussi par sa vitesse de croissance. Selon cette étude, cet impact représentait 2,5% de l’empreinte de l’humanté en 2010 et passera à 6% en 2025 !

En 2019, des tendances comme les objets connectés, le déploiement de la 5G ou encore le Trading Haute Fréquence n’offraient que peu d’illusions sur un possible inversement des courbes. Avec la COVID 19, l’essor du numérique est démultiplié et cette empreinte risque de croître exponentiellement…

Le numérique impacte aussi nos modes de vie

Outre l’impact environnemental, le numérique est aussi gourmand de nos données personnelles. C’est son modèle économique: si c’est gratuit, c’est nous le produit ! Ces données lui permettent de connaître nos goûts actuels et nos futures envies de consommation. Qui ne s’est pas retrouvé avec des publicités ciblées après avoir visité un site internet ou bien suite à une discussion entre ami.e.s ? Outre ce ciblage, le « Big Data » est aussi friand de nos choix politiques. De nombreuses entreprises se sont lancées dans la brèche et accompagnent candidats politiques et collectivités locales. Un marché juteux où la prédiction des besoins et des choix rapporte plus que le respect de la vie privée. 

Entre les dérives de la collecte des données personnelles (2013: affaire Snowden et 2014: scandale Cambridge Analytica) et l’impact de l’utilisation de ces données sur notre vie privée, difficile de se positionner face à l’appétit gargantuesque du numérique.

Entre désastre écologique et disparition de notre vie privée, le numérique semble être la source de tous nos maux
Entre désastre écologique et disparition de notre vie privée, le numérique semble être la source de tous nos maux

Hashbang propose un autre regard du numérique

« D’instrument, l’outil peut devenir maître, puis bourreau de l’homme. […] L’outil peut croître de deux façons, soit qu’il augmente le pouvoir de l’homme, soit qu’il le remplace. Dans le premier cas, la personne conduit son existence propre, en prend le contrôle et la responsabilité. Dans le second cas, c’est finalement la machine qui l’emporte : elle réduit à la fois les choix de l’opérateur et de l’utilisateur-consommateur, puis elle leur impose à tous deux sa logique et ses exigences. »

La convivialité, I. Illich (p123-124)

Si le numérique n’est qu’un outil développé par l’être humain, peut-on dire que nous sommes dépassés par notre outil ? N’ayant pas d’idées préconçues, un outil suit simplement les volontés de son utilisateur. Il existe donc un numérique durable, développé par des personnes intégrant l’humain et l’environnement dans son fonctionnement. Qui sont ces héros des temps modernes prêts à braver cette profitabilité dantesque pour redonner la convivialité perdue de cet outil ? 

Face à ces questions quasi-existentielles, les explorateurs d’Impact 13 ont repris la route à la rencontre de Hashbang, une coopérative pour qui le numérique est synonyme de partage et de sens. Rencontre avec Arthur VUILLARD et Pauline SCHMITT, deux héros non masqués.

L’éco-conception comme principe de développement de solutions web

Hashbang a le numérique durable ancré dans son ADN. Cette coopérative développe des solutions web pour ses clients en suivant les principes de l’éco-conception. Leur offre s’étend du développement de sites internet à l’amélioration d’outils informatiques pour des entreprises. 

Quand je demande à Pauline de m’expliquer l’éco-conception de solutions web, elle prend son temps. Pour cette nouvelle arrivante chez Hashbang, c’est quelque chose qui coule de source. Mais c’est loin d’être notre cas. Prenant l’exemple d’un site internet elle nous explique:

« D’abord, c’est bien comprendre à quoi va servir le site internet. On ne va garder que les fonctionnalités essentielles afin de ne pas perdre l’utilisateur. Cela va prendre moins de place sur le serveur et donc consommer moins. »

Pauline Schmitt, salariée d’Hashbang

L’éco-conception est donc une démarche de design de produits/services combinant solutions technologiques et considération de l’impact environnemental afin de répondre aux besoins clients. C’est cette manière d’allier les aspects technologiques du code et la recherche de sens qui ont conduit Pauline jusqu’à Hashbang. Elle en est ravie.

Une coopérative où il fait bon vivre

Outre les valeurs environnementales, Hashbang est aussi une coopérative où l’humain prime. Zoomons sur Arthur Vuillard, un gérant d’entreprise pas comme les autres. Après quelques années dans une PME du numérique, il décide de lancer Hashbang en 2013. Sa volonté? Créer quelque chose de différent et de mieux que ce qu’il a connu, avec de l’impact et du sens. Lorsqu’en 2015 il embauche ses deux premiers employés, le rôle de chef d’entreprise ne lui convient pas.

« J’ai découverts le poids de la responsabilité. Je me suis senti chef d’entreprise: la charge d’avoir assez d’activité pour faire vivre trois personnes et la solitude du dirigeant. »

Arthur Vuillard, fondateur de Hashbang

Suite à cette prise de conscience, Hashbang devient une coopérative en 2017 afin que chaque employé prenne part aux décisions collectives. L’équipe s’agrandit et passe de 3 employés à 12 sociétaires. Peu de temps après le passage en coopérative, les sociétaires d’Hashbang décident d’avoir une gouvernance collective, étape ultime où chacun s’investit pleinement dans la vie de la structure et les prises de décisions (organisation horizontale). C’est pourquoi ils ont choisi la Sociocratie, qui promeut la prise de décision par consentement et l’élection sans candidat. Un exemple? Fin 2020, ces 12 sociétaires décident de reverser une partie de leurs bénéfices à des associations. La sélection des associations s’est faite par consentement mutuel: le choix est validé lorsque plus personne n’a d’objection.

Outil comme un autre, le numérique ne fait que suivre les consignes de son utilisateur

Hashbang ne compte pas en rester là

Deux projets animent la joyeuse équipe d’Hashbang. Le premier est un outil qui rend accessible au plus grand nombre l’éco-conception de sites web. Plus besoin de compétences spécifiques pour réduire la consommation de son site ! Le second, dénommé ‘Gentil nuage’, est une offre de serveurs pour professionnels, basée sur du matériel reconditionné afin de réduire son impact environnemental. Deux embauches sont aussi prévues pour ce début d’année afin de renforcer les équipes. Un dynamisme qui donne le sourire !

Par ses engagements sociaux (sociocratie) et écologiques (éco-conception), Hashbang démontre que le numérique n’est qu’un outil. Et comme tout outil, il suit les consignes de son utilisateur. Ainsi, l’impact environnemental et les dérives liées aux données personnelles du numérique ne sont qu’un écho de nos propres incohérences humaines. Nous sommes libres de rejeter un modèle et d’en accueillir un autre, aucune fatalité. Un numérique durable et écologique existe, Hashbang en est la preuve. Il ne tient qu’à nous de le faire grandir.

« L’outil convivial est celui qui me laisse la plus grande latitude et le plus grand pouvoir de modifier le monde au gré de mon intention. »

La convivialité, I. Illich (p44)

Pour en savoir plus sur la coopérative Hashbang, découvre notre podcast !

Tu as aimé cet article ? Fais le découvrir !

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Suis l’aventure Impact 13

Share via
Copy link
Powered by Social Snap